L’expérience de l’Ouest du Kurdistan (Kurdistan syrien) a prouvé que les gens peuvent changer les choses

L’expérience de l’Ouest du Kurdistan (Kurdistan syrien) a prouvé que les gens peuvent changer les choses – Zaher Baher

Un rapport intéressant par Zaher Baher, membre du groupe de solidarité de Haringey (Londres) et du Forum anarchiste du Kurdistan Forum, qui a passé deux semaines dans le Kurdistan syrien, en regardant les expériences d’autonomie de la région dans le contexte de la guerre civile syrienne et de la montée de l’État Islamique.

Ce que vous lirez ci-dessous est l’expérience de ma visite, pendant deux semaines, en mai de cette année, 2014, au Nord-Est de la Syrie ou Kurdistan syrien (Ouest du Kurdistan) avec un ami.

Tout au long de notre visite, nous avons eu la liberté totale et la possibilité de voir et de parler à qui nous voulions. Cela comprend des femmes, des hommes, des jeunes et des partis politiques. Il y a plus de 20 partis politiques, des kurdes aux chrétiens, dont certains sont dans « l’auto-administration démocratique » (DSA) ou « l’autogestion démocratique » (DSM) de la région d’Al Jazera. Al Jazera est l’une des trois régions (cantons) de l’Ouest du Kurdistan. Nous avons également rencontré des partis politiques kurdes et chrétiens qui ne sont pas dans la DSA ou DSM. En outre, nous avons rencontré les gens de la « l’autogestion démocratique » (DSM), des membres des différents comités, des groupes locaux et des communes ainsi que des hommes d’affaires, commerçants, travailleurs, personnes sur le marché et des gens de la rue.

L’arrière-plan

Le Kurdistan est un pays d’environ 40 millions de personnes qui a été divisé entre l’Irak, la Syrie, l’Iran et la Turquie après la Première Guerre mondiale. Historiquement, les Kurdes ont subi les massacres et le génocide de la part de régimes successifs, en particulier en Irak et enTurquie. Depuis lors, ils n’ont cessé de souffrir et d’être opprimés dans les mains des gouvernements centraux des pays auxquels le Kurdistan a été annexé. Au Kurdistan irakien, sous le régime de Saddam Hussein, les Kurdes ont subi des attaques d’armes chimiques dans le cadre de l’opération « Anfal »[1]. En Turquie, jusqu’à récemment, les Kurdes n’avaient même pas le droit de parler dans leur propre langue. Historiquement, ils ont été reconnus comme des Turcs vivant dans les montagnes (une référence à la région du Kurdistan où il y a beaucoup de montagnes). En Syrie, la situation des Kurdes était un peu meilleure qu’en Turquie. En Iran, ils ont certains droits fondamentaux et sont reconnus comme formant une nation différente des Perses mais n’ont aucune autonomie.

Après la première guerre du Golfe en 1991, le peuple kurde en Irak a réussi à mettre en place son propre gouvernement régional, le gouvernement régional du Kurdistan (KRG). Après l’invasion et l’occupation de l’Irak en 2003, le peuple kurde en a profité pour renforcer son pouvoir local. Ils ont réussi à obtenir le droit d’avoir leur propre administration autonome, leur budget, leurs parlements et leur armée. Tous ont été reconnus par le gouvernement central irakien et, dans une certaine mesure, sont pris en charge par le gouvernement central. Cela a encouragé et a eu un impact positif sur les autres parties du Kurdistan, en particulier en Turquie et en Syrie.

Dans la même année de l’invasion de l’Irak (2003), le peuple kurde en Syrie a créé son propre parti, le Parti de l’Union démocratique (PYD) ; mais il y avait déjà un certain nombre d’autres partis et organisations qui existaient dans la région kurde. Certains d’entre eux sont si vieux qu’ils remontent aux années 1960, mais ils étaient inefficaces par rapport au PYD qui s’est développé rapidement parmi le peuple kurde.

Le printemps arabe

Le printemps arabe a atteint la Syrie au début de 2011 et, après un court laps de temps, s’est propagé aux régions du Kurdistan / cantons syriens : Al Jazera, Kobany et Afrin. La protestation, parmi le peuple kurde dans ces trois cantons, était très forte et efficace. Cela a, dans une certaine mesure, provoqué le retrait de l’armée syrienne dans les cantons kurdes, en dehors de quelques zones d’Al Jazera, comme je vais l’expliquer plus loin.

Dans le même temps, les gens là-bas, avec le soutien du PYD et du PKK, ont formé le « Tev-Dam » (le Mouvement de la Société de la démocratie). Ce mouvement est rapidement devenu très fort et populaire parmi la population de la région. Une fois que l’armée syrienne et l’administration se sont retirées, la situation est devenue très chaotique (je vais vous expliquer pourquoi). Cela a forcé le Tev-Dam à mettre en œuvre ses plans et programmes sans plus tarder avant que la situation n’empire.

Le programme du Tev-Dam était très inclusif et abordait chaque question de la société. Beaucoup de gens issus du peuple et venant de milieux différents, kurde, arabe, musulman, chrétien, assyrien et Yézidis (une minorité du nord-ouest de l’Irak) ont été impliqués. La première tâche a été de créer partout toutes sortes de groupes, de comités et de communes dans les rues des quartiers, des villages, des comtés et des villes petites et grandes. Le rôle de ces groupes était de gérer tous les problèmes de la société. Les groupes ont été mis en place pour examiner un certain nombre de questions, notamment : les femmes, l’économie, l’environnement, l’éducation, la santé et les soins, le soutien et la solidarité, les centres pour les familles de martyrs, le commerce et les affaires, les relations diplomatiques avec les pays étrangers etc. Il y a même eu des groupes mis en place pour régler les différends entre des personnes de différentes factions ou pour essayer d’éviter que ces conflits aillent au tribunal, sauf si ces groupes étaient incapables de les résoudre.

Ces groupes ont généralement leur propre réunion chaque semaine pour parler des problèmes que les gens rencontrent là où ils vivent. Ils ont leur propre représentant dans le groupe principal dans les villages ou les villes appelé la « Maison du Peuple ».

Le Tev-Dam, à mon avis, est le succès le plus important dans cette société et pourrait réaliser toutes les tâches qu’ils lui ont fixé. Je crois que les raisons de son succès sont les suivantes :

– 1. La volonté, la détermination et l’énergie des gens qui croient qu’ils peuvent changer les choses.

– 2. La majorité des gens croient au travail volontaire à tous les niveaux afin d’assurer la réussite de cette l’expérience.

– 3. Ils ont mis en place une armée de défense composée de trois parties différentes : Unités de défense du peuple (PDU), Unités de défense de femmes (WDU) et la « Asaish » (une force mixte d’hommes et de femmes qui existe dans les villes et à tous les points de contrôle en dehors des villes pour protéger les civils contre toute menace externe). En plus de ces forces, il y a une unité spéciale pour les femmes seulement, pour traiter des questions de viol et de violence domestique.

De ce que j’ai vu, le Kurdistan syrien a pris un itinéraire différent (et, à mon avis, le bon) des « printemps arabes » et les deux ne peuvent pas être comparés. Il y a de grandes différences entre eux.

– 1. Ce qui s’est passé dans les pays qui faisaient partie des « printemps arabes » étaient de grands événements et beaucoup ont chassé la tyrannie de ces pays. Le « printemps arabe », dans le cas de l’Égypte, a produit un État islamique puis une dictature militaire. D’autres pays n’ont guère fait mieux. Cela montre que les peuples sont puissants et peuvent être les héros de l’histoire à un moment donné, mais qu’ils n’étaient pas en mesure de réaliser ce qu’ils voulaient dans le long terme. C’est l’une des principales différences entre le « printemps arabe » et le « printemps kurde » dans le Kurdistan syrien où ce dernier pourrait obtenir ce qu’ils voulaient à long terme – ou, du moins, jusqu’à présent.

– 2. Au Kurdistan syrien, les gens étaient prêts et savaient ce qu’ils voulaient. Ils pensaient que la révolution doit commencer par le bas de la société et non par le haut. Cela doit être une révolution sociale, culturelle et éducative aussi bien que politique. Elle doit être contre l’État, le pouvoir et l’autorité. Il doit y avoir des gens dans les communautés qui ont des responsabilités dans la prise de décision finale. Ce sont les quatre principes du « Mouvement de la Société Démocratie » (Tev-Dam). Nous devons reconnaître le mérite de quiconque est derrière ces grandes idées et les efforts déployés pour les mettre en pratique, que ce soit Abdulla Öcalan et ses camarades ou quelqu’un d’autre. En outre, la population au Kurdistan syrien a mis en place de nombreux groupes locaux sous des noms différents pour réaliser leurs activités révolutionnaires. Dans les autres pays des « printemps arabes », les gens n’étaient pas préparés et savaient seulement qu’ils voulaient se débarrasser de l’actuel gouvernement, mais pas du système. En outre, la grande majorité des gens pensaient que la révolution se faisait par le haut. La mise en place de groupes locaux n’a été réalisée que par une infime minorité d’anarchistes et de libertaires.

L’auto-administration démocratique (DSA)

Après beaucoup de dur travail, de discussions et de réflexion, le Tev-Dam a abouti à la conclusion qu’ils avaient besoin d’une DSA dans les trois cantons du Kurdistan (Al Jazera, Kobany et Afrin). Dans le milieu du mois de janvier 2014, l’Assemblée du peuple a élu sa propre DSA, de façon autonome, afin de mettre en œuvre et d’exécuter les décisions de la « Maison du Peuple » (le comité principal du Tev-Dam) et de prendre en charge une partie du travail de l’administration dans les autorités locales, les municipalités, les secteurs de l’éducation et de la santé, du commerce et des entreprises locales, les systèmes de défense et judiciaire etc. La DSA est composée de 22 hommes et femmes, chacun d’eux ayant deux adjoints (un homme et une femme). Presque la moitié des représentants sont des femmes. Il est organisé de sorte que les gens de milieux, de nationalités, de religions et de sexes différents puissent participer. Cela a créé une très bonne ambiance de paix, de fraternité, de satisfaction et de liberté.

Dans un court laps de temps, cette administration a fait beaucoup de travail et a établi un Contrat social, une Loi sur les transports, une Loi sur les partis et un programme ou plan pour le Tev-Dam. Dans le Contrat social, la première page stipule, « les zones de démocratie autogestionnaire n’acceptent pas les concepts de nationalisme, d’armée ou de religion d’État, de gestion centralisée et de pouvoir central, mais sont ouvertes à des formes compatibles avec les traditions de la démocratie et du pluralisme, ouvertes à tous les groupes sociaux et identités culturelles, à la démocratie athénienne, à l’expression nationale à travers leur organisation… » Il y a beaucoup de décrets dans le Contrat social. Quelques-uns sont extrêmement importants pour la société :

  1. La séparation de l’État et de la religion
  2. L’interdiction des mariages pour les personnes de moins de 18 ans
  3. Les droits des Femmes et des enfants doivent être reconnus, protégés et mis en œuvre
  4. Interdiction de l’excision
  5. Interdiction de la polygamie.
  6. La révolution doit avoir lieu à partir du bas de la société et être durable
  7. Liberté, égalité, égalité des chances et non-discrimination.
  8. Égalité entre les hommes et les femmes
  9. Toutes les langues parlées doivent être reconnues ; l’arabe, le kurde et le syrien sont les langues officielles à Al Jazera
  10. Assurer une vie décente à tous les prisonniers et faire de la prison un lieu de la réhabilitation et de réforme de l’individu.
  11. Tout être humain a le droit de chercher asile et les réfugiés ne peuvent pas être renvoyés sans leur consentement.

La situation économique dans Al Jazera

La population d’Al Jazera est de plus d’un million de personnes. Cette population est composée de Kurdes, ainsi que d’Arabes, de Chrétiens, de Tchétchènes, de Yézidis, de Turkmènes, d’Assyriens, de Chaldéens et d’Arméniens. 80 % de la population est kurde. Il y a beaucoup de villages arabes et Yézidis ainsi que 43 villages chrétiens.

La taille de Al Jazera est plus grande que celle d’Israël et de la Palestine réunies. Dans les années 1960, le régime syrien a mis en œuvre une politique dans la région kurde appelée la « ceinture verte », que le parti Baas a continué quand ils sont arrivés au pouvoir. Cela signifiait que les conditions de vie des Kurdes seraient pires que celles du peuple syrien en ce qui concerne la vie politique, économique et sociale et aussi l’éducation. Le point principal de la « Ceinture verte » était d’amener des Arabes de différentes régions pour les installer dans les régions kurdes et de confisquer les terres kurdes, qui ont ensuite été distribuées aux Arabes arrivés récemment. En bref, les citoyens kurdes sous Assad était des citoyens de troisième zone, après les Arabes et les Chrétiens.

Une autre politique était que Al Jazera ne devait produire que du blé et de l’huile. Cela signifie que le gouvernement a fait en sorte qu’il n’y ait pas d’usines, d’entreprises ou d’industrie dans la région. Al Jazera produit 70 % du blé syrien et est très riche en huiles, gaz et phosphates. Donc, la majorité des gens ont été impliqués dans l’agriculture dans les petites villes et villages, et en tant que commerçants dans les grandes villes. En outre, de nombreuses personnes étaient employées par le gouvernement dans l’éducation, la santé et dans les administrations locales, dans le service militaire comme soldats et comme petits entrepreneurs dans les municipalités.

A partir de 2008, la situation s’est détériorée quand le régime d’Assad a promulgué un décret spécial visant à interdire la construction de tout bâtiment trop grand, justifié par la situation de guerre (allusion à la guerre permanente dans la région) et aussi parce que la région est lointaine et sur la frontière. Actuellement, la situation est mauvaise. Il y a des sanctions imposées par la Turquie et le gouvernement régional du Kurdistan (KRG) au Kurdistan irakien (je vais vous expliquer cela dans d’autres sections). La vie dans Al Jazera est très rudimentaire et le niveau de vie est très faible, mais ils ne sont pas pauvres. Les gens, en général, sont heureux de donner la priorité à ce qu’ils ont accompli pour réussir.

Certains des biens de première nécessité dont toute société a besoin pour survivre existent dans l’Ouest du Kurdistan, ce qui est important, au moins pour le moment, pour éviter la famine, bien se tenir sur ses deux pieds et résister aux sanctions de boycott de la Turquie et du KRG. Parmi ces besoins il y a le fait d’avoir beaucoup de blé pour faire du pain et des pâtisseries. En conséquence, le prix du pain est presque gratuit. La deuxième chose est que le pétrole est également peu cher et, comme on dit, « son prix est comme le prix de l’eau ». Les gens utilisent le pétrole pour tout ; à la maison, pour la conduite de véhicules et pour fabriquer un peu du matériel nécessaire pour diverses industries. Pour faciliter cette dépendance au pétrole, le Tev-Dam a rouvert certains des puits de pétrole et des dépôts de raffinage. À l’heure actuelle, ils produisent plus de pétrole que ce dont ils ont besoin dans la région ; ils sont donc en mesure d’en exporter mais aussi d’en stocker.

L’électricité est un problème parce que la majeure partie est produite dans la région voisine sous le contrôle de l’Isis (couramment appelé IS – État islamique d’Irak et du Levant ou État islamique). Par conséquent, les gens ont seulement de l’électricité environ 6 heures par jour. Mais elle est gratuite puisque les gens ne sont pas facturés. Cela a été en partie résolu par le Tev-Dam en vendant du diesel, à un prix très bas, à quiconque possède un générateur privé à la condition qu’il fournisse de l’énergie à la population locale à un prix très bas.

En termes de communication téléphonique, tous les téléphones mobiles utilisent soit le réseau du KRG soit le réseau de la Turquie ; selon l’endroit où vous êtes. Les lignes terrestres sont sous le contrôle du Tev-Dam et de la DSA et semblent bien fonctionner … Là encore, c’est gratuit.

Les boutiques et les marchés dans les villes sont normalement ouverts tôt le matin jusqu’à 11 heures du soir. Beaucoup de marchandises en provenance de pays voisins sont introduites clandestinement dans la région. D’autres produits proviennent d’autres parties de la Syrie, mais ils sont coûteux en raison de lourdes taxes à payer à des forces syriennes ou des groupes terroristes qui contrôlent les marchandises dans la région d’Al Jazera.

La situation politique dans Al Jazera

Comme mentionné, la plupart des militaires de l’armée d’Assad se sont retirés de la région, mais certains restent encore dans quelques villes de Al Jazera. Le régime a toujours le contrôle de plus de la moitié de la ville principale (Haseke) tandis que l’autre moitié est dans les mains des PDU (Unités de la Défense du Peuple).

Les forces gouvernementales restent dans la deuxième ville de la région (Qamchlo) où ils contrôlent une petite zone située au centre de la ville. Cependant, dans la zone occupée, la grande majorité des gens n’utilisent pas les bureaux et les services du centre. Le nombre des forces du régime dans cette ville est entre 6 et 7 000 hommes et ils ont seulement le contrôle de l’aéroport et du bureau de poste.

Les deux parties semblent reconnaître la position, la puissance et l’autorité de l’autre et s’abstiennent de provoquer des heurts ou confrontations. J’appelle cette situation, la politique de « ni paix, ni guerre ». Cela ne signifie pas qu’il n’y a pas eu d’affrontements entre eux dans l’une ou l’autre ville Haseke ou Qamchlo. Lorsque ces affrontements se produisent, ils causent la mort de nombreuses personnes des deux côtés, mais, jusqu’à présent, le chef des tribus arabes fait en sorte que les deux parties coexistent.

Les deux parties ont profité du retrait de l’armée syrienne et le fait de ne pas se battre contre les manifestants kurdes et leurs forces militaires permet d’économiser beaucoup de dépenses. En outre, le gouvernement n’a pas à protéger la zone contre d’autres forces de l’opposition, puisque les forces kurdes le font à sa place. De plus, en se retirant des terres kurdes, Assad a libéré des forces qui peuvent être utilisées ailleurs contre d’autres adversaires. Deuxièmement, avec le retrait des forces d’Assad du Kurdistan, la zone est protégée et défendue par le peuple kurde. En effet, les Unités de Défense des personnes et des femmes protègent leurs propres citoyens contre toute attaque ou toute force extérieure, y compris la Turquie, beaucoup mieux que l’armée syrienne.

Le peuple kurde a également obtenu des avantages dans plusieurs directions :

– 1. Ils ont cessé de combattre le gouvernement, ce qui a permis de protéger leurs terres et leurs biens, sauvant de nombreuses vies et maintenant les gens dans la paix et la liberté. Cela a créé une occasion pour tout le monde de vivre en paix et sans crainte dans la conduite de leurs propres affaires.

– 2. Le gouvernement paie encore les salaires de ses anciens employés, bien que la quasi-totalité d’entre eux, à l’heure actuelle, travaillent sous le contrôle de la DSA. Cela aide évidemment la situation économique.

– 3. Cette situation a permis aux gens de gérer leur propre vie et prendre leurs propres décisions. Cela signifie aussi que les gens sont autorisés à vivre sous l’autorité de la Tev-Dam et de la DSA. Plus cela dure, plus ils ont de chance de s’établir fermement et se renforcer.

– 4. Cela a donné la possibilité aux Unités de défense du peuple et aux Unités de défense de femmes de lutter contre les groupes terroristes, en particulier Isis / IS, en cas de nécessité.

Dans Al Jazera, il y a plus de vingt partis politiques parmi les populations kurdes et chrétiennes. La majorité d’entre eux sont dans l’opposition au PYD (Parti de l’Union démocratique), le Tev-Dam et la DSA pour des raisons qui leur sont propres (un point sur lequel je reviendrai plus tard) car ils ne veulent pas d’adhérer ni à Tev-Dam ni à la DSA. Cependant, ils ont la liberté totale de mener leurs activités sans aucune restriction. La seule chose qu’ils ne peuvent pas avoir ce sont des combattants ou des milices sous leur propre contrôle.

Les femmes et leur rôle

Il ne fait aucun doute que les femmes ont largement été acceptées et qu’elles occupent des positions importantes au sein de Tev-Dam, du PYD et de la DSA (l’auto-administration démocratique). Ils ont un système appelé co-direction et les co-organisation. Cela signifie que la direction de chaque bureau, administration ou section militaire, doit inclure les femmes. En plus de cela, les femmes ont leurs propres forces armées. Il y a égalité totale entre les femmes et les hommes. Les femmes sont une force majeure et sont fortement impliquées dans chaque section de la Chambre du peuple, des comités, des groupes et des communes. Les femmes dans l’Ouest du Kurdistan ne forment pas seulement la moitié de la société, mais sont la moitié la plus efficace et importante de cette société dans la mesure où si les femmes arrêtaient de travailler ou se retiraient des groupes ci-dessus, la société kurde pourrait bien s’effondrer. Il y a beaucoup de femmes professionnelles dans la politique et l’armée qui étaient avec le PKK dans les montagnes pendant une longue période. Elles sont très dures, très déterminées, très actives, très responsables et très courageuses.

L’importance de la participation égale des femmes dans la reconstruction de la société, et dans tous les problèmes / questions, a été pris au sérieux par Abdulla Öcalan et le reste des dirigeants du PKK / PYD dans la mesure où les femmes de l’Ouest du Kurdistan (Kurdistan syrien) sont considérées comme sacrées. Cela fait partie de l’idée, du rêve d’Öcalan et de sa conviction que, si vous voulez voir le meilleur de la nature humaine, alors la société doit revenir à l’état de la société maternelle, mais, bien sûr, à un stade avancé.

Bien que ce soit la situation des femmes et bien qu’elles aient la liberté, l’amour, le sexe et les relations amoureuses pour les femmes impliquées dans la lutte sont extrêmement rares. Les femmes et les hommes que nous avons rencontrés ont estimé que tout cela (amour, sexe, relations) n’est pas approprié à ce stade car ils sont impliqués dans la révolution et veulent tout donner à la révolution pour réussir. Quand j’ai demandé, si deux personnes dans le service militaire ou à des postes sensibles sont amoureuses, ce qui se passerait, on m’a dit que, de toute évidence, personne ne peut empêcher cela, mais qu’elles doivent être déplacées à des postes ou des sections plus appropriées.

Cela peut être difficile pour les Européens de comprendre cela. Comment les gens peuvent vivre sans l’amour, le sexe et les relations amoureuses ? Mais, pour moi, c’est tout à fait compréhensible. Je crois que c’est leur choix et, si les gens sont libres de choisir, alors il doit être respecté. Cependant, il y a une observation intéressante que j’ai faite et qui était en dehors du service militaire, de la Tev-Dam et des autres partis. Je n’ai pas vu une seule femme travaillant dans un magasin, une station essence, un marché, un café ou un restaurant. Cependant, les femmes et les questions relatives aux femmes dans le Kurdistan syrien sont largement en avance par rapport à celles dans le Kurdistan irakien, où ils ont eu 22 ans pour établir leurs propres règles et beaucoup plus de possibilités. Disant cela, je ne peux pas non plus dire qu’il y a un mouvement particulier ou indépendant de femmes au Kurdistan syrien.

Les Communes

Les Communes sont les cellules les plus actives à la Maison du peuple, et ont été mises en place partout. Elles ont leur propre réunion hebdomadaire pour discuter des problèmes auxquels elles sont confrontées. Chaque Commune a son propre représentant à la Maison du peuple et dans le quartier, le village ou la ville où elles sont basées.

Ci-dessous la définition de la Commune d’après le manifeste Tev-Dam et traduit de l’arabe:

            « Les Communes sont les plus petites cellules et les plus militantes dans la société. Elles sont formées dans la société et y promeuvent la liberté de la femme et l’écologie et l’adoption de la démocratie directe.

            « Les Communes sont organisées sur le principe de la participation directe des personnes dans les villages, dans la rue et les quartiers et les villes. Ce sont les endroits où les gens s’organisent volontiers entre eux, créent selon leur volonté libre et initient leurs propres activités dans les zones résidentielles et permettent la discussion de toutes les questions et leur résolution.

            « Les Communes travaillent au développement et à la promotion des comités. Elles discutent et cherchent des solutions aux questions sociales, politiques, d’éducation, de sécurité et d’auto-défense et d’auto-protection à partir de ses propres forces, pas avec les forces de l’État. Les Communes créent leur propre pouvoir à travers la construction et l’organisation de communes agricoles dans les villages et aussi de communes, de coopératives et d’associations dans les quartiers.

            « Formation des Communes dans la rue, les villages et les villes, avec la participation de tous les résidents. Les Communes ont une réunion chaque semaine. Lors de la réunion des Communes, toutes les décisions se font de façon transparente par les gens de la Commune et qui ont de plus de 16 ans. »

Nous sommes allés à une réunion d’une des Communes basée dans le quartier de Cornish dans la ville de Qamchlo. Il y avait 16 à 17 personnes à la réunion. La majorité d’entre elles étaient des jeunes femmes. Nous nous sommes engagés dans une conversation approfondie sur leurs activités et leurs tâches. Elles nous ont dit que, dans leur quartier, ils ont 10 Communes et que la composition de chaque commune est de 16 personnes. Elles nous ont dit : « Nous agissons de la même manière que les travailleurs communautaires, y compris les réunions, en assistant aux réunions hebdomadaires, en discutant des problèmes dans les endroits où nous sommes implantés, en protégeant les personnes dans la communauté et en réglant leurs problèmes, en assurant la collecte des ordures dans la région, la protection de l’environnement et en participant à la plus grande réunion afin de faire un rapport sur ce qui s’est passé la semaine précédente. »

En réponse à une de mes questions, elles ont confirmé que personne, y compris les partis politiques, n’intervient dans leur prise de décision et qu’elles prennent toutes les décisions collectivement. Elles ont mentionné un certain nombre de choses qu’elles avaient récemment prises comme décision. Elles ont dit : « L’une d’elles concernait un grand terrain dans un quartier résidentiel, nous voulions l’utiliser pour en faire un petit parc. Nous sommes allés à la Mairie de la ville pour lui parler de notre décision et demander de l’aide financière. Le maire nous a dit que ce serait bien, mais ils n’avaient que 100 $ à nous offrir. Nous avons pris l’argent et recueilli 100 $ au près de la population locale pour construire un joli petit parc. » Elles nous ont montré le parc et nous ont dit : « Beaucoup d’entre nous ont travaillé collectivement sur ce parc pour le finir sans avoir besoin de plus d’argent. » Dans un autre exemple, elles nous ont dit : « Le maire a voulu lancer un projet dans le quartier. Nous lui avons dit que nous ne pouvions pas accepter tant que nous n’aurions pas obtenu les avis de tout le monde. Nous avons fait une réunion où nous en avons discuté. La réunion a rejeté le projet à l’unanimité. Il y a des gens qui ne pouvaient pas venir à la réunion, nous sommes allés les voir dans leurs maisons pour obtenir leur avis. Tout le monde dans la Commune a dit non au projet. »

Ils nous ont posé des questions sur des groupes locaux et les Communes à Londres. Je leur ai dit que nous avions beaucoup de groupes, mais nous ne sommes malheureusement pas comme eux : unis, progressifs et engagés. Je leur ai dit qu’ils ont des kilomètres d’avance sur nous. Sur leurs visages, je pouvais voir leur surprise, la déception et la frustration de ma réponse. Je pouvais comprendre leurs sentiments parce qu’ils se demandent comment, dans un monde très en retard comme le leur, peuvent-ils être en avance sur nous, alors que nous vivons dans le pays qui a fait la révolution industrielle il y a des siècles !!!!!

Les partis de l’opposition chrétiens et kurdes

J’ai déjà dit qu’il y a plus de 20 partis politiques kurdes. Quelques-uns ont rejoint la DSA (l’auto-administration démocratique) mais 16 partis ne l’ont pas fait. Certains se sont retirés de la politique tandis que d’autres se sont réunis pour mettre en place un plus grand parti.Il y a maintenant douze partis réunis sous le nom de « Assemblée patriotique du Kurdistan en Syrie ». Cette organisation partage, plus ou moins, les mêmes objectifs et les mêmes stratégies. La majorité des partis, sous cette étiquette, ont soutenu Massoud Barzani, le président du Gouvernement régional du Kurdistan (KRG), qui est aussi le chef du Parti démocratique du Kurdistan (KDP) dans le Kurdistan irakien.

Il y a une histoire sanglante entre le KDP et le PKK, qui remonte aux années 1990. Il y avait de violents combats entre les deux groupes dans le Kurdistan irakien qui ont fait des milliers de morts des deux côtés, c’est une blessure qui n’est pas encore guérie. Je dois dire que le gouvernement de la Turquie intervenait dans les combats puisqu’il était proche du KDP et qu’il les a aidé à attaquer le PKK à la frontière Irak / Turquie pour ses propres raisons.

Il y a un autre différend entre Barzani et sa famille et l’ancien chef du PKK, Abdullah Öcalan, qui est pratiquement le leader kurde dans le mouvement national kurde. Alors que le peuple kurde dans l’Ouest du Kurdistan (Kurdistan syrien) a réussi à s’organiser collectivement, à se protéger de la guerre et a mis en place sa propre DSA, les gens ne sont toujours pas en très bons termes avec le KDP.

Le PKK et Parti de l’Union démocratique (PYD) ont été très favorables aux changements qui se produisaient dans le Kurdistan syrien. Mais, ce n’est certainement pas bénéfique à la Turquie ou au KRG. En plus, la Turquie et le KRG restent extrêmement proches.

Ce qui précède est une explication des raisons pour lesquelles le KDP dans le Kurdistan irakien est mécontent de ce qui s’est passé dans l’ouest du Kurdistan et s’oppose à la fois à la DSA et au Tev-Dam. Le KDP regarde ce qui se passe là où il y a de grandes affaires et, si cette activité ; ne devrait pas fonctionner ou, si elle fonctionne, le PDK doit en avoir la plus grande part. Le KDP aide encore financièrement des kurdes dans le Kurdistan Ouest et leur apprend le maniement des armes afin de mettre en place des milices pour certains partis politiques dans le but de déstabiliser la région et ses projets. L’Assemblée patriotique du Kurdistan en Syrie, mise en place par les douze partis politiques mentionnés précédemment, est très proche du KDP.

Notre rencontre avec les partis d’opposition a duré plus de deux heures et la majorité d’entre eux étaient présents. Nous avons commencé par leur demander comment ils sont arrivés au PYD, à la DSA et à Tev-Dam. Sont-ils libres ? Est-ce qu’un de leurs membres ou sympathisants a été suivi ou arrêté par la PDU ou WDU ? Ont-ils la liberté de s’organiser, de manifester et d’organiser d’autres activités ? Nous avons posé beaucoup plus de questions. La réponse à chaque question a été positive. Aucune arrestation n’a été faite, aucune restriction à la liberté ou à l’organisation de manifestations. Mais tous sont d’accord sur le fait qu’ils ne veulent pas prendre part à la DSA.

Ils ont trois différends avec le PYD et la DSA. Ils pensent que le PYD et Tev-Dam ont trahi le peuple kurde. Parmi les raisons il y a le fait que la moitié de Hassaka est sous le contrôle du gouvernement et que les forces du gouvernement sont encore dans la ville de Qamchlo, bien qu’ils admettent que ces forces sont inefficaces et ne contrôlent qu’un petit espace. Leur point de vue est que c’est un gros problème et que le PYD et Tev-Dam se sont compromis avec le régime syrien.

Nous leur avons dit qu’ils doivent songer que la politique du PYD et de Tev-Dam est celle du « ni paix, ni guerre » afin d’équilibrer la situation. Cela a été un succès qui a bénéficié à tout le monde dans la région, y compris aux partis d’opposition et pour les raisons déjà mentionnées ci-dessus. Nous leur avons également dit qu’ils devraient savoir mieux que nous que rejeter l’armée d’Assad de ces deux villes serait facile pour le PYD, avec le sacrifice de quelques-uns de leurs combattants, mais la question est de savoir ce qui se passera après ? !! Nous leur avons dit que nous savons que Assad ne veut pas renoncer à Hassaka et que, par conséquent, la guerre recommencerait avec des crimes, des persécutions, les bombardements et la destruction de villes et de villages. En outre, cela ouvre une porte pour Isis / IS et al-Nusra pour lancer une attaque contre d’eux. Cela ouvrirait la possibilité que l’armée d’Assad, l’Armée syrienne libre et le reste des organisations terroristes se battent entre elles dans la région, avec pour conséquence de perdre tout ce qui a été accompli jusqu’à présent. Ils n’avaient pas de réponse à cela.

L’opposition ne veut pas se joindre à la DSA et la prochaine élection de ce groupe aura lieu dans quelques mois si la situation reste la même. Les raisons de cette situation sont, d’une part, qu’ils accusent le PYD de coopérer avec le régime, alors qu’ils n’avaient aucune preuve pour étayer cette accusation. Deuxièmement, la prochaine élection ne serait pas une élection libre puisque le PYD n’est pas un parti démocratique, mais un parti bureaucratique. Mais nous savons que le PYD a presque le même nombre de membres et positions que tout autre parti dans la DSA, cette affirmation est donc inexacte. Nous leur avons dit que s’ils croient dans le processus des élections, ils doivent y participer s’ils veulent avoir une administration avec plus de démocratie et moins de bureaucratie. Ils ont dit que le PYD s’était retiré de la Conférence nationale kurde du KRG, qui a eu lieu l’an dernier dans la ville d’Erbil, pour discuter de la question kurde. Mais quand nous en avons parlé plus tard avec les gens de la PYD et de Tev-Dam, ils nous ont dit qu’ils ont des documents écrits qui prouvent qu’eux se sont engagés dans le pacte, mais que l’opposition ne s’est pas engagée.

L’opposition veut établir sa propre armée, mais ils n’y sont pas autorisés par le PYD. Lorsque nous avons posé la question au PYD et à Tev-Dam, on nous a dit que l’opposition pourrait avoir ses propres combattants, mais qu’ils doivent être sous le contrôle des Unités de la Défense du Peuple et des Unités de défense des femmes. Ils nous ont dit que la situation est très sensible et très tendue. Que cela peut provoquer une lutte contre un ou l’autre et que c’est leur grande peur et qu’on ne peut pas se permettre de laisser cela se produire. Le PYD a simplement dit qu’ils ne veulent pas des échecs répétés dans l’ouest du Kurdistan. Par expérience de l’échec, ils faisaient allusion à l’expérience du Kurdistan irakien dans la seconde moitié du 20e siècle qui a duré jusqu’à la fin du siècle où il y avait tant de combats entre les différentes organisations kurdes à l’époque. En fin de compte, le PYD et Tev-Dam nous ont demandé de retourner voir les partis de l’opposition avec le pouvoir de leur offrir, au nom de la PYD et Tev-Dam, tout ce qu’ils veulent sauf leur laisser des forces militaires sous leur propre contrôle.

Quelques jours après, nous avons eu une autre réunion de près de trois heures dans la ville Qamchlo avec les leaders des trois partis kurdes: le Parti démocratique du Kurdistan en Syrie (Al Party), le Parti du Kurdistan pour la démocratie et l’égalité en Syrie et le Parti démocratie patriotique kurde en Syrie. Lors de la réunion, ils ont plus ou moins répété les mêmes raisons que leurs collègues, lors de la réunion précédente, pour ne pas adhérer à la DSA et à Tev-Dam dans la construction et le développement de la société kurde. Nous avons eu une longue discussion avec eux, tentant de les convaincre que, s’ils voulaient que la question kurde soit résolue, pour devenir une force puissante dans le pays et afin d’éviter la guerre, alors ils devaient être indépendants du KRG et du KDP et travailler dans l’intérêt de personne d’autre que des gens de l’Ouest du Kurdistan. La plupart du temps, ils étaient silencieux et n’avaient pas de réponse à nos suggestions.

Quelques jours plus tard, nous avons également rencontré des représentants de quelques partis politiques chrétiens et de l’Organisation de la jeunesse chrétienne de Qamchlo. Aucun de ces partis n’a rejoint la DSA ou Tev-Dam pour leurs propres raisons, mais admettent qu’ils s’entendent bien avec la DSA et Tev-Dam et sont en accord avec leurs politiques. Ils ont également apprécié le fait que leur sécurité et leur protection contre les groupes armés terroristes syriens étaient dues aux Unités de la défense du peuple et de défense des femmes, qui ont sacrifié leur vie pour réaliser tout ce qui précède pour tout le monde dans la région. Cependant, les gens de l’Organisation de jeunesse chrétienne dans Qamchlo n’étaient pas satisfaits de la DSA et Tev-Dam. Leur plainte a été de ne pas avoir assez de courant électrique et pas grand chose à faire pour les jeunes afin d’être impliqués à l’intérieur de la ville. Pour cela, ils ont dit qu’ils allaient chercher une alternative à la DSA et à Tev-Dam, de sorte que, si la situation reste la même, alors ils n’auront d’autre choix que d’émigrer vers l’Europe. Un chef de l’un des partis politiques qui était présent à la réunion leur a répondu en disant :

« Qu’est-ce que tu racontes fils ? Nous sommes au milieu d’une guerre, vous pouvez voir ce qui s’est passé dans le reste des principales villes de Syrie ? Pouvez-vous voir combien de femmes, hommes, personnes âgées et enfants sont tués tous les jours ? !!! C’est une question importante qui est très importante pour la vie. Le pouvoir dans cette situation particulière n’est pas très important ; nous pouvons utiliser d’autres moyens. Ce qui est important en ce moment est : être assis à la maison sans crainte d’être tué, pouvoir laisser nos enfants dans les rues jouer sans crainte d’être enlevés ou tués. Nous pouvons mener nos activités comme d’habitude, personne ne nous en empêche, personne ne nous agresse ou nous insulte…. il y a la paix, la liberté, et il y a la justice sociale….. »

Les membres des autres partis politiques ont acquiescé et reconnu tous ces faits.

Avant de quitter la région, nous avons décidé de parler aux commerçants, hommes d’affaires et à des personnes sur le marché afin d’entendre leurs points de vue qui sont très importants pour nous. Tout le monde semble avoir une opinion très positive sur la DSA et Tev-Dam. Ils étaient heureux de l’existence de la paix, de la sécurité et de la liberté et de gérer leur propre activité sans aucune intervention de quelque parti ou groupe.

La Tranchée de la honte

L’an dernier, le gouvernement irakien s’est entendu avec le KRG (gouvernement régional kurde), pour de prétendues raisons de sécurité, afin de creuser une longue tranchée de 35 km, sur deux mètres de profondeur et environ deux mètres de large, le long de la frontière Irak / Syrie du Kurdistan. La tranchée sépare Al Jazera dans l’ouest du Kurdistan du sud du Kurdistan irakien. Le Tigre couvre cinq kilomètres de cette frontière donc il n’y avait pas besoin d’une tranchée là-bas. Les douze kilomètres suivants ont été construits par le KRG, et les derniers dix-huit kilomètres ont été construits par le gouvernement irakien.

Le KRG et le gouvernement irakien disent que la tranchée était une mesure nécessaire en raison de menaces sur la paix et la sécurité dans les terres irakiennes, y compris la région du Kurdistan. Mais il y a de nombreuses questions que les gens se posent à propos de ces craintes. Peur de quoi ? De qui ? De Isis / IS (Etat islamique) ? Il est impossible pour des groupes comme Isis / IS d’entrer en Irak ou au KRG à travers cette partie de la Syrie puisqu’elle a été protégée par les forces des PDU et des WDU et aussi parce que Al Jazera a été complètement débarrassé d’Isis / IS. Cependant, la majorité des kurdes savent qu’il y a deux raisons pour creuser la tranchée. Tout d’abord, il s’agissait d’empêcher les Syriens fuyant la guerre d’atteindre le Kurdistan irakien. En outre, le chef du KRG, Massoud Barzani, comme expliqué ci-dessus, est préoccupé par le PKK et le PYD, et donc lui et le KRG ne veulent pas que ces deux groupes, ou n’importe qui d’autre de la DSA, entrent dans cette partie du Kurdistan. Deuxièmement, la tranchée sert à accroître l’efficacité des sanctions utilisées contre le Kurdistan de l’ouest dans une tentative d’étouffer et faire pression sur eux afin qu’ils acceptent les conditions du KRG. Toutefois, entre la capitulation et la famine, pour les Kurdes au Kurdistan syrien, je pense qu’ils choisiront la famine. C’est la raison pour laquelle la majorité des Kurdes, où qu’ils vivent, appellent la tranchée la « tranchée de la honte »…

Il ne fait aucun doute que les sanctions ont paralysé la vie kurde à Al Jazera, que les gens ont besoin de tout, y compris de médicaments, d’argent, de médecins, d’infirmières, d’enseignants, de techniciens et d’expertise dans les domaines industriels, notamment dans le secteur des champs de pétrole et de raffinage pour les faire fonctionner. Dans Al Jazera, ils ont des milliers de tonnes de blé qu’ils sont heureux de vendre pour 200 $ à 250 $ la tonne au gouvernement irakien, mais celui-ci paie 600 $ à 700 $ pour chaque tonne de blé acheté ailleurs.

Il y a des gens dans l’Ouest du Kurdistan qui ne comprennent pas pourquoi le KRG, en tant que gouvernement autonome kurde, et son président, Massoud Barzani, (qui se qualifie lui-même de grand leader kurde) veulent affamer leur peuple dans une autre partie du Kurdistan.

Dans Qamchlo, Tev-Dam a appelé à une grande manifestation pacifique, le samedi 9 mai 2014, quelques milliers de personnes y ont pris part contre ceux qui ont creusé la tranchée de la honte. Il y avait beaucoup de discours puissants de différentes personnes et organisations, y compris de la Maison du Peuple et de nombreux autres groupes et comités. Aucun des discours n’a créé de tension entre eux. Les gens se rassemblent principalement autour de l’idée de fraternité, afin de favoriser les bonnes relations et la coopération entre les deux côtés de la frontière, la réconciliation entre tous les partis en conflit, la paix et la liberté. En fin de compte, cela s’est transformé en fête de rue avec des gens qui dansent joyeusement et chantent, en particulier les hymnes.

Attentes et craintes

Il est très difficile de savoir dans quelle direction le mouvement populaire de masse dans l’ouest du Kurdistan ira, mais cela ne doit pas nous empêcher de réfléchir et analyser ce qui peut influer sur la direction de ce mouvement et sur son avenir. La victoire ou la défaite complète de ce grand mouvement / expérience, que la région n’a pas vu depuis longtemps, dépend de différents facteurs qui peuvent être divisés en facteurs internes (les questions internes et les problèmes à l’intérieur du mouvement lui-même et avec le KRG) et des facteurs externes.

Cependant, quoi qu’il arrive à la fin nous devons y faire face, mais ce qui est important c’est : la résistance, le défi et les difficultés, ne pas céder, avoir confiance et croire au changement. Rejeter le système actuel et saisir les opportunités sont plus importants, à mon avis, qu’une victoire temporaire, parce que ce sont les points clés nécessaires pour atteindre l’objectif final.

Les facteurs externes

La direction de la guerre et de l’équilibre des forces à l’intérieur de la Syrie :

Il était très clair au début du soulèvement populaire en Syrie, que, s’il était au seul profit du peuple syrien, la fin espérée du régime d’Assad ne prendrait pas longtemps alors que les gens étaient unis avec un grand soutien tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. Cependant, après un certain temps, les groupes terroristes se sont impliqués et ont changé l’orientation de la révolte du peuple, ce que nous avons tous vu et voyons encore à travers les médias. Cela s’est produit parce que Assad a été très habile dans la mise en œuvre d’une série de politiques qui changeaient directement l’orientation du soulèvement populaire et renforçaient son régime.

Tout d’abord, il a retiré toutes ses forces des trois régions kurdes / cantons de Afrin, Kobany et Al Jazera, à part les quelques milliers de soldats dans la région d’Al Jazeera comme je l’ai expliqué précédemment. De toute évidence, la raison de ce retrait était, en partie, dû à la pression des manifestants kurdes.

Deuxièmement, il a ouvert la frontière syrienne à des organisations terroristes afin de faire ce qu’elles voulaient. Nous savons tous maintenant ce qui s’est passé ensuite. En faisant cela, Assad a réussi à affaiblir et isoler les manifestants contre son régime et a également envoyé un message à la soi-disant « communauté internationale » pour leur dire qu’il n’y avait pas d’alternative à lui et à son régime à l’exception des groupes terroristes. Est-ce que c’est ce que les États-Unis, le Royaume-Uni, les pays occidentaux et le reste veulent vraiment ? Bien sûr, dans une certaine mesure, la réponse est non. Tout dépend de leurs intérêts. Ces mesures ont très bien fonctionné et ont complètement changé la direction de la bataille.

Donc, il y avait une possibilité pour Assad de rester au pouvoir, au moins pendant une courte période après avoir négocié avec les États-Unis, les Nations Unies, le Royaume-Uni et leurs agents jusqu’à la prochaine élection. Dans ce cas, il pourrait avoir appris une leçon et changer sa politique à l’égard du peuple kurde, mais selon ses propres termes et ses conditions et non pas de la façon dont le peuple kurde le souhaite.

Si Assad perdait la guerre face aux groupes terroristes avec le soutien des États-Unis, du Royaume-Uni, de l’Union européenne et de la « communauté internationale », et qu’ils arrivaient au pouvoir, il n’y aurait certainement pas d’avenir ni pour la DSA ou pour Tev-Dam. Si les forces progressistes, comme les partis ou organisations qui composent l’armée Syrie libre (ASL) ne sont pas encore au pouvoir, alors il y a très peu de chance pour le peuple kurde, puisqu’ils ils n’ont pas une opinion positive ou de bonne solution pour la question kurde, et encore moins quand il s’agit de pouvoir. Bien sûr, il existe d’autres possibilités de mettre fin à la puissance d’Assad y compris l’assassinat ou par un coup d’État militaire…

Le rôle et l’influence des pays voisins de la région

Il était très clair que les gens ordinaires en Syrie ont commencé le soulèvement à cause des restrictions existantes, l’oppression, le manque de liberté et de justice sociale, la corruption, la discrimination, le manque de droits de l’homme, et l’absence de droits pour les minorités ethniques comme les kurdes, les turkmènes et autres. La vie pour la majorité des gens était terrible ; faibles revenus, le coût de la vie qui augmente continuellement, pas de logement et le chômage, tout cela a servi d’inspiration pour les « printemps arabes ».

Cependant, les protestations, les manifestations et les soulèvements sur le terrain ont été détournés par les dirigeants voisins dans une guerre par procuration entre l’Arabie Saoudite, le Qatar et la Turquie, avec le soutien des États-Unis et des pays occidentaux d’un côté et le régime d’Assad, l’Iran et le Hezbollah de l’autre. Le gouvernement irakien n’a pas annoncé son soutien au régime d’Assad, mais ils voulaient, et veulent toujours, qu’Assad reste au pouvoir en raison de la relation étroite entre les chiites et les alaouites et aussi parce que l’Iran est le plus proche allié de l’Irak, alors que l’Iran est aussi très proche de la Syrie. En ce qui concerne les pays voisins, ils étaient liés à l’attitude du KRG face à ce qui se passe en Syrie, en raison de la proximité du KRG (gouvernement régional kurde), et, en particulier, son président, Massoud Barzani, avec la Turquie, à tous les égards. Ils ont annoncé, dès le début, leur soutien à l’opposition syrienne au régime d’Assad. Nous devons noter ici le double jeu et l’hypocrisie du KRG qui, d’une part, est contre Assad en soutenant l’opposition, mais, d’autre part, contre les kurdes en Syrie et leur mouvement populaire de masse alors qu’ils sont l’une des principales forces contre Assad.

Évidemment, chaque pays a un grand impact alors que certains d’entre eux soutiennent le régime d’Assad et d’autres soutiennent l’opposition syrienne. Ce qui est important ici est de savoir qu’aucun de ces pays ne sont des amis ou des proches de la nation kurde dans n’importe quelle partie du Kurdistan, que ce soit dans le Kurdistan syrien, en Irak, en Iran ou dans le Kurdistan turc. Ils n’ont jamais eu une opinion positive sur la question kurde et jamais véritablement voulu résoudre cette question, mais ils avaient un regard complaisant sur les partis politiques nationalistes kurdes, lorsque ceux-ci travaillaient et luttaient pour leurs intérêts.

Le rôle de la Chine et de la Russie

Bien que la Russie soit devenue beaucoup plus petite et moins puissante que par le passé, elle a encore du poids et de la puissance, en concurrence avec les États-Unis et les pays occidentaux, pour ses intérêts. Il n’est pas surprenant que nous voyions maintenant que la Russie ne peut pas parvenir à un accord avec l’Occident sur le régime d’Assad. Il y a aussi le fait que la Syrie, même quand le père d’Assad était au pouvoir, a toujours été dans le camp soviétique. En plus, la Russie est proche de l’Iran qui est le principal allié de la Syrie.

En ce qui concerne la Chine, la Chine a aussi ses propres intérêts dans la région, en particulier avec l’Iran. Par conséquent, la Chine tente de protéger ces intérêts car il n’est pas dans leur intérêt de voir Assad continuer parce qu’ils savent que le prochain sur la sellette sera l’Iran. Donc, les intérêts et le soutien à la Syrie de la Russie et de la Chine ont fait durer la guerre plus longtemps que prévu. De ce qui précède, nous pouvons voir comment deux pays puissants traitent la question kurde en Syrie, en particulier avec la DSA et Tev-Dam. À mon avis, les affaires et les bénéfices décideront, à la fin, si oui ou non ils vont soutenir le peuple kurde à l’avenir.

À l’heure actuelle, il n’y a pas de soutien pour le DSA et Tev-Dam de la Chine, la Russie ou des pays américains et occidentaux, alors que les Kurdes de Syrie sont la principale force d’opposition et les combattants contre les forces terroristes comme Isis / IS, à travers les forces de la PDU et WDU. Ces unités combattent constamment contre ces groupes terroristes dans les régions kurdes de Al Jazera et Kobney.

Nous pouvons voir ici le double jeu et l’hypocrisie des États-Unis, des pays occidentaux et du reste. Ils ont lancé une guerre contre le terrorisme alors que les Kurdes de Syrie sont les seuls remparts sérieux face aux organisations terroristes, mais les pays ci-dessus ne soutiennent pas les Kurdes. Les principales raisons à cela, à mon avis, sont les suivantes :

  1. Ils ne sont pas sérieux dans la lutte contre les terroristes et le terrorisme parce qu’eux-mêmes ou leurs alliés les soutiennent.
  2. Ils se battent contre des gens qui croient en l’islam plutôt que de combattre la religion elle-même et son livre saint, le Coran.
  3. Ils peuvent avoir besoin de nouveau de cette organisation dans l’avenir.
  4. Ils ne veulent pas modifier leur politique étrangère ou l’examiner.
  5. Le soutien des États-Unis et du Royaume-Uni, financièrement et moralement, à toutes les religions réactionnaires sous le nom de l’égalité des chances, de la liberté et de la reconnaissance de différentes cultures. Nous pouvons déjà voir plus d’une centaine de tribunaux de la charia au Royaume-Uni.
  6. Le point principal est que le mouvement démocratique de masse au Kurdistan syrien, y compris la DSA, n’a pas créé de religion ou de pouvoir nationaliste ou libéral. Ils savent que les gens dans cette partie du monde ont donné naissance au pouvoir du peuple, qu’ils ont prouvé qu’ils peuvent se gouverner par la démocratie directe sans gouvernement ni le soutien des États-Unis, des pays occidentaux et des institutions financières internationales, comme le FMI, la Banque mondiale et la BCE (Banque centrale Européenne).

Les facteurs internes

Par facteurs internes j’entends tout ce qui pourrait se passer à l’intérieur de l’Ouest du Kurdistan lui-même. Cela comprend les éléments suivants :

La guerre civile entre le peuple kurde. Ici, je ne parle pas seulement une guerre entre les partis politiques à l’intérieur de l’Ouest du Kurdistan, mais la guerre entre le KRG dans le Kurdistan irakien et les forces de la PDU, WDU et le PKK.

Il existe une relation très étroite entre le PKK et le PYD qui sont derrière cette expérience dans l’ouest du Kurdistan et l’ont beaucoup soutenue. J’ai déjà dit qu’il y a eu une histoire sanglante entre le PKK et le KDP et aussi une vive controverse entre eux sur la direction kurde.

Cependant, depuis quelque temps, Abdulla Öcalan, dans les livres récents et des textes / messages, a dénoncé et rejeté l’État et l’autorité. Mais jusqu’à présent, je n’ai pas entendu dire qu’il a rejeté sa propre autorité et qu’il dénonce ceux qui le désignent comme un grand leader et qui font tout ce qu’ils peuvent pour lui donner un caractère sacré. L’attitude d’Öcalan ne peut pas être correcte tant qu’il ne rejette pas également sa propre autorité et son leadership.

À l’heure actuelle, la situation s’aggrave et les relations entre le KRG et le PYD et le PKK se détériorent, il y a donc une possibilité de combat entre eux d’autant plus que le KRG est, jour après jour, plus proche de la Turquie. Une fois cette guerre commencée, il ne fait aucun doute que Isis / IS et d’autres vont prendre part à la lutte du côté du KRG et de la Turquie. La seule façon d’arrêter ce qui se passe est à travers des manifestations de masse, des manifestations et des occupations de masse dans le Kurdistan irakien et par des amis de la Syrie kurde ailleurs.

Tev-Dam s’affaiblit

Comme expliqué ci-dessus, c’est Tev-Dam qui a créé cette situation, avec ses groupes, comités, les communes et la Maison du peuple, et qui est l’âme et l’esprit du mouvement de masse. Tev-Dam était la force majeure dans la mise en place de la DSA (l’auto-administration démocratique). En général, c’est l’existence de Tev-Dam qui fait la différence pour forger l’avenir de ce qui pourrait arriver là-bas et être la source d’inspiration pour le reste de la région.

Il est difficile pour moi de voir l’équilibre entre la puissance de Tev-Dam et du DSA à l’avenir. J’ai eu l’impression que quand la puissance de la DSA augmente la puissance de Tev-Dam diminue et le contraire pourrait être vrai aussi.

J’ai soulevé ce point avec les camarades de Tev-Dam. Ils n’étaient pas d’accord avec moi car ils estiment que plus la DSA devient puissante plus Tev-Dam sera puissant. Leur raison était qu’ils regardent la DSA comme un organe exécutif, exécutant et mettant en œuvre les décisions prises par Tev-Dam et les organes de Tev-Dam. Cependant, je ne peux pas être d’accord ou en désaccord avec eux parce que l’avenir montrera la direction que l’ensemble du mouvement et de la société va prendre.

Le PYD (Parti de l’Union démocratique) et les structures des partis

Le PYD, le Parti démocratique unifié et le PKK sont derrière le mouvement pour la démocratie de masse et ce sont des partis politiques présentant toutes les conditions dont un parti politique a besoin dans cette partie du monde : organisation hiérarchique, des dirigeants et des dirigés, et tous les ordres et les commandements descendent des dirigeants vers la base des partis. Il n’y a pas beaucoup de consultations avec les membres quand il s’agit de prendre une décision sur les grandes questions. Ils sont très bien disciplinés, ont des règles et des ordres à appliquer, des secrets et des relations secrètes avec différents partis, qu’ils soient au pouvoir ou non, dans différentes parties du monde.

D’autre part, je peux voir Tev-Dam comme étant exactement le contraire. Beaucoup de gens à l’intérieur de ce mouvement n’ont pas été membres du PKK ou du PYD. Ils croient que la révolution doit commencer par le bas de la société et non par le haut, ils ne croient pas dans les pouvoirs de l’EÉtat et de l’autorité, et ils se retrouvent dans des réunions pour prendre leurs propres décisions sur ce qu’ils veulent et sur tout ce qui est dans l’intérêt supérieur des gens là où ils sont. Après cela, ils demandent à la DSA d’exécuter leurs décisions. Il y a beaucoup plus de différences entre le PYD et le PKK et le Mouvement de la démocratie, Tev-Dam.

La question ici est : étant donné la tâche et la nature de Tev-Dam et la structure de la PYD et du PKK, comment un compromis peut-il être passé ? Est-ce que Tev-Dam suivra le PYD et le PKK ou suivront-ils le Tev-Dam, et qui contrôle qui ?

C’est la question à laquelle je ne peux pas répondre et pour laquelle je dois attendre et voir. Cependant, je crois que la réponse sera probablement connue dans un avenir proche.

La crainte de l’idéologie et des idéologues qui peuvent devenir sacrés

L’idéologie est un point de vue. Regarder ou voir quoi que ce soit du point de vue idéologique peut être un désastre car il vous donne une solution toute prête ou une réponse, mais ne se connecte pas à la réalité de la situation. La plupart du temps, les idéologues sont à la recherche des mots dans de vieux livres qui ont été écrits il y a longtemps pour trouver la solution alors que ces livres ne sont pas pertinents pour le problème ou la situation actuelle.

Les idéologues peuvent être dangereux quand ils veulent imposer leurs idées tirées de ce qui a été écrit dans les livres anciens, sur la situation actuelle ou sur nous. Ils sont très bornés, très rigides, s’en tiennent à leurs idées et sont intouchables. Ils n’ont pas le respect de ceux qui ne partagent pas la même opinion qu’eux. Les idéologues ont beaucoup de points communs avec des personnes religieuses ou des marxistes et des communistes. En bref, les idéologues croient que l’idéologie, ou la pensée, crée l’insurrection ou les révolutions, mais pour les non-idéologues, des gens comme moi, c’est le contraire qui est vrai.

Il est très dommage que j’ai trouvé de nombreux idéologues parmi le PYD et les membres Tev-Dam, surtout quand nous en sommes venus à des discussions sur les idées de Abdulla Öcalan. Ces personnes sont très attachées aux principes d’Öcalan, ce qui les fait se rapporter à ses discours et ses livres dans nos discussions. Ils ont une foi totale en lui et, dans une certaine mesure, il est sacré. Si la foi que les gens ont et qu’ils ont mise en leur chef et s’ils ont peur de lui, c’est très effrayant et les conséquences ne seront pas bonnes. Pour moi, rien ne doit être sacré et tout peut être critiqué et rejeté si cela doit l’être. Pire que cela, il y a la Maison des enfants et des Centres de jeunesse. Dans la Maison des enfants et les Centres de jeunesse, les enfants apprennent de nouvelles idées, la révolution et beaucoup de choses positives que les enfants doivent connaître pour être des membres utiles de la société. Cependant, en plus, ces enfants apprennent l’idéologie, les idées et les principes de Öcalan et combien il est le leader du peuple kurde. À mon avis, les enfants ne devraient pas être éduqués dans la croyance dans l’idéologie. Ils ne devraient pas avoir d’enseignement sur la religion, la nationalité, la race ou la couleur. Ils devraient être libres d’eux-mêmes et il faudrait les laisser tranquilles jusqu’à ce qu’ils deviennent adultes quand ils peuvent décider pour eux-mêmes.

Le rôle des Communes

Dans les pages précédentes, j’ai expliqué les Communes et leurs rôles. Les tâches des Communes doivent être changées car elles ne peuvent pas simplement être impliquées dans les problèmes là où elles ont été mises en place et prendre des décisions sur les choses qui se passent dans le quotidien. Les Communes doivent accroître leurs rôles, leurs fonctions et leurs pouvoirs. Il est vrai qu’il n’y a pas d’usines, d’entreprises, ni de sections industrielles. Mais Al Jazera est un canton agricole impliquant de nombreuses personnes dans les villages et les petites villes et le blé est le principal produit à Al Jazera. Ce canton est également très riche en pétrole, gaz et phosphates, bien que la plupart des gisements de pétrole ne soient pas en cours d’utilisation en raison de la guerre et du manque d’entretien avant même le soulèvement.

Ce sont donc d’autres domaines où les Communes doivent s’engager en les contrôlant, en les utilisant et en distribuant gratuitement les produits aux personnes en fonction de leurs besoins. Ce qu’il reste, après la distribution, les membres des Communes peuvent décider ce qu’ils veulent en faire ; les vendre, les échanger contre des matériaux nécessaires pour les personnes ou tout simplement les stocker pour plus tard en cas de besoin. Si les Communes ne s’occupent pas de ces tâches et maintiennent ce qu’elles font maintenant, évidemment, leur tâche sera inachevée.

La conclusion et mes derniers mots

Il y a tellement différents points de vue et opinions, de l’aile droite, à la gauche, les séparatistes, trotskistes, marxistes, communistes, socialistes, anarchistes et libertaires sur l’avenir de l’expérience dans l’ouest du Kurdistan, et, en effet, cela mériterait d’écrire plus à ce sujet. Pour moi, en tant qu’anarchiste, je ne vois pas les événements en noir ou blanc, je n’ai pas de solution toute prête pour eux et je ne vais jamais chercher dans les vieux livres les solutions, particulièrement pour les événements qui sont maintenant en cours ou par rapport à l’issue de ces événements actuels, je crois que les réalités, les événements eux-mêmes et la situation créent les idées et les pensées, pas l’inverse. Je les regarde avec un esprit ouvert et je les relie à beaucoup d’éléments, facteurs et raisons de leur apparition.

Cependant, je dois dire une ou deux choses à propos de chaque insurrection et révolution, car elles sont très importantes pour moi. Tout d’abord, la révolution n’exprime pas la colère, n’est pas créée sur ordonnance ou sur commande, n’est pas quelque chose qui peut se produire dans les vingt-quatre heures, n’est pas un coup d’État militaire, coup d’État bolchevique ou conspiration de politiciens. Aussi, ce n’est pas seulement le démantèlement de l’infrastructure économique de la société et l’abolition des classes sociales. Tout ceci représente les points de vue et opinions des gauchistes, marxistes et communistes et de leurs partis. Ce sont leurs définitions de la révolution. Ils regardent la révolution de cette façon parce qu’ils sont dogmatiques et regardent les relations de classes existantes de façon mécanique. Pour eux, quand la révolution arrive et qu’elle abolit la société de classe, c’est la fin de l’histoire et le socialisme peut être établi. À mon avis, même si la révolution réussit, il y a encore des possibilités qu’il y ait un désir d’autorité, qu’elle subsiste dans les familles, l’intérieur des usines et des entreprises, dans les écoles, les universités et d’autres lieux et d’institutions. Cela s’ajoute aux différences qui subsistent entre les hommes et les femmes et l’autorité des hommes sur les femmes dans le socialisme. En outre, une culture égoïste et avide restera toujours, utilisant la violence avec beaucoup d’autres mauvaises habitudes qui existent déjà dans la société capitaliste. Elles ne peuvent pas disparaître ou s’évaporer en peu de temps. En fait, elles vont rester avec nous pour un long, long moment et pourraient menacer la révolution.

Ainsi, l’évolution de l’infrastructure économique de la société et la réalisation de la victoire sur la société de classes ne peut donner aucune garantie que la révolution s’est produite, ni la maintenir pendant une longue période. Par conséquent, je crois qu’il doit y avoir une révolution dans la vie sociale, dans notre culture, l’éducation, la mentalité des individus et les comportements individuels et la pensée. Les révolutions dans les domaines ci-dessus ne sont pas seulement nécessaires, mais en effet, doivent se produire avant ou à côté de l’évolution de l’infrastructure économique de la société. Je ne crois pas que nous sommes accomplis, suite à la révolution dans l’infrastructure économique de la société. Cela doit se refléter dans tous les aspects de la vie de la société et de ses membres. Pour moi, les gens n’aiment pas le système actuel et croient pouvoir le changer. Ils ont tendance à la rébellion, la conscience d’être utilisés et exploités et, en plus, la mentalité de résistance est extrêmement importante à pour maintenir la révolution.

Comment puis-je relier le point ci-dessus à l’expérience des personnes dans l’Ouest du Kurdistan ?

En réponse, je dis que cette expérience existe depuis plus de deux ans et qu’il y a des générations qui en sont le témoin. Ils sont rebelles ou ont déjà la tendance à la rébellion, ils vivent en harmonie et dans une atmosphère de liberté et sont habitués à de nouvelles cultures : une culture du vivre ensemble dans la paix et la liberté, une culture de tolérance et de donner non seulement prendre, une culture de l’être très confiant et rebelle, une culture de la croyance au travail volontaire pour le bénéfice de la communauté, une culture de la solidarité et de vie les uns avec les autres et une culture de, vous êtes le premier et je suis deuxième. Dans le même temps, il est vrai que la vie y est très difficile, où il y a un manque de nombreuses ressources de base et nécessaires et le niveau de vie est faible, mais les gens sont agréables, heureux et, en tout temps, souriants et vigilants, très simples et humbles, et l’écart entre les riches et les pauvres est faible. Tous ces facteurs ont, d’une part, aidé les gens à surmonter les difficultés dans leur vie et les difficultés. Deuxièmement les gens, les événements, leur histoire personnelle et l’environnement actuel dans lequel ils vivent actuellement leur a appris que, dans l’avenir, ils ne supporterons pas une dictature, ils vont résister à la répression et à l’oppression, ils vont essayer de maintenir ce qu’ils avaient avant ; ils ont un esprit de défi et de défiance et ils n’accepteront pas que d’autres personnes prennent des décisions pour eux plus longtemps. Pour toutes ces raisons, les gens vont résister au renoncement, se dresser à nouveau, lutter pour leurs droits et résister au retour de la culture dans laquelle ils vivaient auparavant.

Le deuxième point est que certaines personnes nous disent que tant que ce mouvement a Abdulla Öcalan, le PKK et le PYD derrière lui, si les gens essaient de détourner cette expérience, elle prendra fin ou un dictateur prendra le pouvoir. Eh bien cela est possible et peut se produire. Mais même dans cette situation, je ne pense pas que les gens en Syrie ou dans l’Ouest du Kurdistan puissent, plus longtemps, tolérer une dictature ou un gouvernement de type bolchevique. Je crois que les temps ont passé quand le gouvernement en Syrie pouvait, comme avant, massacrer près de 30.000 personnes dans la ville d’Alep en quelques jours. De plus, le monde a changé et n’est pas comme il était.

Tout ce qui reste à dire ici, c’est que ce qui s’est passé dans l’ouest du Kurdistan n’était pas l’idée de Öcalan, comme beaucoup de gens veulent nous dire. En fait, cette idée est très ancienne et Öcalan a développé ses pensées en prison, en se familiarisant avec elles à travers la lecture de centaines et de centaines de livres, sans arrêter de penser et d’analyser les expériences des mouvements nationalistes, des mouvements communistes et de leurs gouvernements dans la région et dans le monde et pourquoi tous ont échoué et n’ont pas pu obtenir ce qu’ils réclamaient. La base de tout cela, c’est qu’il est convaincu que l’État, quel que soit son nom et sa forme, est un État et ne peut pas disparaître lors de son remplacement par un autre État. Pour cela, Abdulla Öcalan mérite crédit.

Traduction faite par l’équipe des Relations internationales de la FA :

http://libcom.org/news/experiment-west-kurdistan-syrian-kurdistan-has-proved-people-can-make-changes-zaher-baher-2

Nous sommes en relations avec le KAF (Kurdistan Anarchist Forum) et ils étaient présents au dernier Salon du livre anarchiste de Paris.

Nous essayons de les inviter lors des réunions de l’Internationale des Fédérations anarchistes (IFA).

[1]L’opération Anfal, ou tout simplement Anfal, était une campagne génocidaire contre le peuple kurde dans le nord de l’Irak, conduite par le président du parti Baas irakien Saddam Hussein et dirigée par Ali Hassan al-Majid, dans la phase finale de la guerre Iran-Irak.

Advertisements

وەڵامێک بنووسە

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / گۆڕین )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / گۆڕین )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / گۆڕین )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / گۆڕین )

Connecting to %s